dimanche 22 janvier 2017

Direction la Belgique le pays où même le fromage se met à la bière... Gratin de chou-fleur et brocoli craquant comme j'aime !

Je suis toujours étonné quand un producteur très spécialisé d'un truc se lance dans la production d'un autre... truc. Surtout quand le truc en question semble ne rien avoir à voir. C'est donc logiquement que je me suis étonné quand j'ai rencontré deux fromages estampillés Leffe en me disant mais pourquoi donc celui qui brasse à tour de bras de la bière va se frotter maintenant aux fromages ?
Et puis je me suis souvenu que la bière et le fromage, et le fromage à la bière, est une vielle tradition du côté du plat pays. Et il faut dire que je déguste depuis longtemps plutôt mes fromages avec une jolie mousseuse qu'avec un jus de la treille bien rouge. Et que depuis aussi longtemps, j'en ai déjà parlé par ici, j'ai une passion folle, grâce à un ami de par là-bas qui me l'a fait découvrir et apprécier, pour un petit fromage carré à l'odeur... disons qu'il a du caractère le bougre, ce Herve... Mais ce n'est pas de lui dont il est question ici.
Donc mon étonnement s'est estompé en me disant que finalement un brasseur qui se met au fromage... Et puis j'ai goûté l'un et l'autre de ces fromages à la bière, l'un à la bière blonde, doux et parfumé et l'autre à la bière brune, plus puissant et marqué par la force du houblon et je me suis dit que ces deux-là avait tout à fait leur place sur un plateau de fromage et peut-être encore plus en cuisine !
Et c'est avec le pavé à la Leffe brune que j'ai eu envie de me lancer dans un gratin mi chou-fleur mi brocoli qui me faisait de l’œil du côté de chez Jamie Oliver, un gratin que j'ai un peu remis à ma sauce.
Gratin de chou-fleur et brocoli craquant comme j'aime !

Ingrédients : 1 gousse d'ail émincée - 25g de beurre - 25g de farine - 60cl de lait tiède – 250g de brocolis – 60g de pavé de Leffe à la bière brune (vous pouvez aussi utiliser un vieux cheddar bien craquant comme Jamie) – 500g de chou-fleur – 25g de panko ou de baquette bien sèche râpée – 4 brins de thym frais effeuillés - 25g d'amandes émondées grossièrement hachées - huile d'olive – sel et poivre

Taillez en petits bouquets le brocoli et le chou-fleur et faites-les blanchir pendant 2 ou 3 minutes séparément dans deux casseroles d'eau chaude légèrement salée. Ensuite égouttez bien le tout, toujours séparément.

Mettez le beurre, l'ail et le thym à grésiller dans une casserole pendant une minute. Ajoutez la farine tamisée et mélangez. Ajoutez le lait en filet en fouettant le tout pour éviter les grumeaux. Une fois la crème bien homogène, salez légèrement et poivrez généreusement puis ajoutez le brocoli et mélangez bien. Passez à feu doux, couvrez et laissez cuire une quinzaine de minutes en remuant assez régulièrement, attention à ne pas laisser attacher !

Pendant ce temps mélangez le panko, les amandes et la moitié du fromage.

Quand la crème est prête, ajoutez le fromage restant et le chou-fleur et mélangez le tout. Versez dans un plat puis couvrez avec la chapelure aux amandes et au fromage. Arrosez d'un filet d'huile d'olive et mettez au four, dans un four préchauffé à 160°, pendant une trentaine de minutes puis passez à 180° et prolongez la cuisson 5 à 10 minutes le temps que le gratin soit joliment doré.

Ensuite il n'y a plus qu'à manger avec une salade et une p'tite bière si vous aimez...
Mais pourquoi, tiens ça serait une bonne idée d'aller voir le temps qu'il fait du côté de Liège... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 21 janvier 2017

Le samedi c'est retour vers le futur... Curry crémeux minute parce qu'au début il y avait déjà le curry...

On me demande souvent si je cuisine depuis toujours, bon à vrai dire on me demande tout aussi souvent si on cuisinait chez moi, sous-entendu est-ce que j'avais une mère ou une grand-mère qui cuisinait. Je n'ai connu aucune de mes grand-mères et ceux qui passent de temps en temps par ici connaissent la grande spécialité de ma mère, le steak à l'huile et aux légumes en boîtes... ce qui règle ce problème. Reste, est-ce que je cuisine depuis toujours....
Là, je commence souvent par répondre que ça dépend ce qu'on entend par toujours... un peu comme pour sous-entendre que j'aurais été un précoce très précoce. J'attends ensuite un peu pour voir si mon interlocuteur se demande à quel âge j'ai bien pu commencer pour répondre ça, trois, quatre, cinq ans... Et alors je peux compléter d'un si on considère que vers la trentaine c'est depuis toujours...
Parce qu'avant non je ne cuisinais pas, au mieux j'essayais d'impressionner les filles de passage en taillant une tomate en fines tranches sans y laisser un doigt ou deux et en les arrosant comme on sert le thé à la menthe d'huile d'olive en racontant les oliviers du sud du sud, ceux de mon oncle, ces fruits qui mûrissent et se gorgent de soleil... Comme je n'avais pas grand chose à mettre dans les assiettes, il fallait bien que j'enrobe ça avec quelques histoires !
Ce n'est que bien bien plus tard que j'ai commencé à sortir poêles et casseroles et que je me suis mis à cuisiner, la trentaine et les filles de passage étaient... passées.
Et en cherchant à me rappeler ce que j'ai commencé à cuisiner alors je me suis souvenu que le curry était un de mes premiers plats et je me suis dit que pour ce jour de retour pour le futur justement un curry...
Curry crémeux minute
Ingrédients : 6 blancs de poulet – 2càs de curry en poudre – le jus d'1/2 citron – 30g de beurre - 1boîte de tomates en cube – 1pincée de sucre en poudre – 1càs d'amande en poudre - 1 botte d'oignons nouveaux – 10cl de crème liquide entière - sel et poivre
Coupez les blancs de poulet en cubes et mettez-les dans une boîte hermétique (un tup') avec le curry et le citron. Salez, poivrez et secouez le tout pour bien couvrir le poulet. Puis laissez reposer pendant 4 heures, plus vous pouvez aussi, secouez-le juste de temps en temps.
Avant de cuisiner, hachez grossièrement la botte d'oignons nouveaux en séparant le blanc et le vert.
Mettez le beurre dans une poêle à feu vif et faites y revenir très vite le blanc de l'oignon.
Ajoutez le poulet et faites dorer toujours à feu vif.
Ajoutez la tomate en boîte et le sucre en poudre remuez, baissez à feu moyen et poursuivez la cuisson une petite dizaine de minutes à peine, le temps que les cubes de poulet soient bien cuits.
Ajoutez alors la poudre d'amande et poursuivez la cuisson pendant trois minutes.
Ajoutez la crème et servez en parsemant le vert de l'oignon et, si vous avez le temps et l'envie, quelques pluches de coriandre.
Si vous avez un peu plus de courage, ajoutez dans la marinade 2 feuilles de laurier, 1 bâton de cannelle, ½ càc de coriandre en grains et autant de cumin aussi en grains.
Mais pourquoi, en même temps une salade de tomates avec juste un peu d'huile d'olive et une histoire c'est déjà pas mal... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 19 janvier 2017

Quand tes placards sont pleins fais du granola ! Mon granola crounchy croquant...

Des fois je me réveille la nuit en criant n'ouvre pas le placard ! N'ouvre pas ! A ce moment-là je suis tout moisi et à peine réveillé d'un de mes cauchemars récurrent, l'ouverture du placard !
Faut dire qu'à la maison un placard vide ce n'est même plus un souvenir, c'est une pure fiction ! Quand tu ouvres une des portes de mes gardes à manger vaut mieux être un poulpe pour retenir tout ce qui est plus ou moins bien rangé dedans et qui va te tomber sur le coin de la tête si tu ne réagis pas assez vite.

Et du coup dans un de mes cauchemars préférés ou en tout cas qui revient quand même assez souvent, je suis devant une porte de placard à essayer d'empêcher tous les habitants de la maisonnée de l'ouvrir et forcément y'en a un qui finit par y arriver et alors un flot de nourriture diverse et variée se déverse alors et monte monte jusqu'à ce que je sois noyé sous les haricots secs, le quinoa et le riz, les graines et les grains, les épices et tout un tas d'autres choses... On a les cauchemars qu'on mérite...
Histoire de lutter contre ces avalanches et mes cauchemars, je me suis dit qu'un peu de vidage de placard, ça serait une bien bonne idée. Je me suis donc demandé comment faire baisser un peu mes stocks avec une p'tite recette. Et après m'être gratté longtemps la barbe, pour ceux qui l'aurait loupé j'essaye de sauvegarder les trois cheveux qu'il me reste sur la tête et donc je réfléchis en me grattant le menton maintenant... donc après, je me suis dit qu'un granola ça serait une bonne idée !
Sauf qu'une fois le granola terminé, eh ben je l'ai mis dans un joli pot avant de me demander où j'allais bien pouvoir le ranger...
Mon granola crounchy croquant...
Ingrédients : 45g de baies de goji séchées- 45g de raisins secs - 45g de noisettes grossièrement hachées - 45g de pistaches grossièrement hachées - 2 càs de graines de chia  - 45g de cranberries séchées - 180g de flocons d'avoine - 2 càs de farine bioT85 - 4 càs de sucre de coco (ou d'un autre sucre brun bien parfumé) - 4 càs de sirop d’érable - 6 càs d'huile de coco liquide 
Mélangez dans un saladier les noisettes, les pistaches, les graines de chia, la farine, le muesli et le sucre de coco.
Mélangez dans un bol le sirop d'érable et l'huile de coco. Et arrosez le contenu du saladier puis mélangez bien. Étalez le tout sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez dans un four préchauffé à 160° pendant 5 minutes puis sortez la plaque, mélangez, étalez de nouveau et remettez au four encore 5 minutes.
Pendant ce temps mélangez les raisins secs, les baies de goji et les cranberries.
Quand les deux fois 5 minutes sont passées, ajoutez les fruits secs, mélangez, étalez et remettez au four une dernière fois pour seulement trois minutes cette fois.
Ensuite laissez refroidir le granola et dégustez-le ou rangez-le dans un pot en verre et dans un placard si vous avez la place...
Mais pourquoi, c'est curieux j'ai pas le même cauchemar avec le hublot de la machine à laver... elle est où d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 16 janvier 2017

Le blue monday ne passera pas par moi ! Crème croustillante aux deux chocolats...

Je crois que je suis un contrariant pathologique et ça depuis tout tout petit ! Il suffit qu'on me dise que je dois offrir des cadeaux, fêter ma Valentine ou même manger une galette, un jour précis presque à heure fixe et j'ai l'envie que se sauve au grand galop ! Je sais pas à quoi ça tient, peut-être parce que j'aime les surprises ou parce que je trouve que de plus en plus souvent on vous dit ce qu'il faut faire et quand il faut le faire... on ne vous pas dit pas encore où mais je sens que ça pourrait venir...
Je n'ai jamais été nostalgique pour deux sous trois quarts mais je me souviens d'un temps, celui de mes culottes courtes, où dans l'année tu avais deux ou trois jours …. les mères, les pères si tu étais de bonne humeur, Noël et l'année était bouclée, le reste du temps tu étais libre d'aller faire piscine tous les jours si tu voulais. Et déjà la fête des mères pour moi... Bon, c'est peut être parce qu'à l'époque je n'étais vraiment pas manuel et que les « cadeaux » que je ramenais à de l'école étaient... comment dire sans trop dévaloriser mes heures de travail, souvent traversés par le courant surréaliste...
Je me souviens en particulier d'une poterie, enfin le mot poterie représentant pour moi un objet fini et identifiable ce n'est peut-être pas le bon mot. Donc une chose en terre cuite de différentes couleurs dont je n'ai même pas su comment le présenter en l'offrant à ma mère, je crois que je me suis contenté alors d'un, c'est pour toi... ça... qui expliquait bien ce que je pensais du ça.
Donc déjà à cette époque-là les jours attitrés, pourtant plus rares, ça me... Alors aujourd'hui qu'il y a un jour pour les grand-mères, les crêpes, les restaurants, les Valentines et les galettes et tout un tas d'autres choses aussi indispensables, je dis halte ! Surtout qu'aujourd'hui c'est le blue monday, le jour le plus déprimant de l'année ! Où donc il faudrait être... déprimé.
Aujourd'hui j'ai donc passé ma journée avec un sourire béat aux lèvres à sourire aux passants, aux nuages, aux oiseaux... Avant de me demander à force de sourire, sourire, sourire... si c'était pas un peu triste de sourire comme ça sans raisons... Et de penser qu'un peu de chocolat ça ne me ferait pas d'mal au moral !
Crème croustillante aux deux chocolats...

Ingrédients pour environ 6 crèmes : 90g de sucre - 30g de farine - 3 càs de cacao - 25cl de lait chaud - 10g de beurre - 1 gousse de vanille - 60g chocolat blanc fondu - 60g chocolat noir fondu - 90g de céréales crunchy (j'ai utilisé des Country Crips 4 noix) - 1 càc de cacao – du sirop d'érable

Dans une casserole mélangez le lait, la farine et le sucre. Mettez sur le feu moyen et mélangez jusqu'à ce que le tout se transforme en crème onctueuse. N'insistez pas trop sinon la crème risque d'être un peu trop épaisse en refroidissant.

Séparez le mélange en deux. Dans une moitié mélangez le chocolat blanc et les grains de la gousse de vanille. Dans l'autre mélangez le cacao et le chocolat noir. 

Dans une poêle chauffée à feu moyen mélangez les céréales crunchy, un trait de sirop d'érable et le cacao. Le sirop d'érable ne servant qu'à faire adhérer le cacao n'en mettez pas trop sinon il va ramollir le crunchy et ça serait dommage ! Réservez dès que le cacao a couvert les céréales crunchy 

Dans des petite tasses, alternez des couches de chocolat et de crunchy. Pour qu'il ne reste pas d'une des deux crèmes alternez, faites des tasses avec deux couches de chocolat noir et d'autres avec deux couches de chocolat blanc. Après vous pouvez terminer en râpant un peu de chocolat dessus mais ça c'est en cas de grosse grosse déprime !
Mais pourquoi, j'attends toujours un jour pour les garçons qui cuisinent le lundi, le mardi, le mercredi, le... histoire de laisser cuisiner les autres ! est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 15 janvier 2017

Taboulé de chou-fleur aux fruits secs... Histoire de se remettre la forme en forme !

J'ai toujours pensé que la première fonction de la bouffe... enfin en fait la seconde, la première étant en fait de nous « remplir de carburant »... Cette deuxième fonction a toujours été pour moi le plaisir ! Et après, seulement après, bien après, d'autres préoccupations peuvent venir accompagner le plaisir.
Depuis un moment la santé dans nos assiettes est un thème qui devient inévitable au point que j'ai même entendu certains de mes amis affirmer, après avoir tordu le nez devant un plat comme un putois devant un désodorisant, c'est pas terrible mais c'est bon pour la santé... Généralement à ce moment-là j'ai les bras qui sont déjà par terre et ressemblent à des tentacules de poulpe neurasthénique tellement je suis défait par ce genre d'affirmation !
Parce que si ce qu'on mange peut indéniablement nous faire du bien, d'abord et surtout je veux passer par le plaisir bordel! Et sans doute pour une raison toute simple, se faire du bien dans le plaisir c'est quand même mieux...
Et donc mon petit taboulé du jour je l'ai d'abord trouvé bon avant de me demander si...
Taboulé de chou-fleur aux fruits secs...
Ingrédients : 500g de chou fleur en bouquets (enlevez les pieds des bouquets de préférence) – 3 tiges de coriandre effeuillées – 3 tiges de menthe effeuillées – 8 abricots secs – 8 dattes – 4càs de raisins secs de préférence blond – 4 càs de pistaches grossièrement hachées – 4càs d'amandes grossièrement hachées - 1càs de miel - le jus d'1/2 citron – 2càs d'huile d'olive – quelques pincées de ras el hanout - sel et poivre
Commencez en mettant les abricots, les dattes et les raisins secs à tremper dans un grand bol de thé chaud et laissez comme ça une bonne heure.
Portez à ébullition une grande casserole d'eau salée et quand l'eau arrive à ébullition jetez-y les bouquets de chou-fleur. Laissez cuire pendant 2 ou 3 minutes, pas plus, le chou-fleur doit rester très très al dente. Égouttez le chou-fleur, trempez-le dans un grand saladier d'eau bien froide, puis égouttez-le bien de nouveau.
Versez votre chou-fleur dans un mixer, utilisez de préférence un gros mixer ou faites-le en deux fois, et mixez jusqu'à obtenir une sorte de semoule assez fine. Je vous conseille alors de verser le chou-fleur dans un torchon et de le compresser, sinon il reste gorgé d'eau. Versez ensuite votre semoule dans un saladier et arrosez-le avec le jus de citron et l'huile d'olive, salez et poivrez et mélangez.
Egouttez les fruits secs, séchez-les bien puis mettez-les dans un bol avec le miel et mélangez.
Parsemez-les ensuite sur le taboulé.
Parsemez ensuite les pistaches et les amandes, les herbes et le ras el hanout.
Terminez en mélangeant le tout avant de déguster en vous demandant si d'abord le plaisir...

Mais pourquoi, et puis d'abord le chocolat ça fait du bien ! est-ce que je vous raconte ça...

samedi 14 janvier 2017

Le samedi c'est retour vers le futur... Tablette de chocolat maison et tutti quanti ! Parce que le chocolat...

Pour moi, la bouffe peut être bien plus que de la nourriture, tiens par exemple, quand il s'agit du chocolat il peut devenir un anti-neurasthénique très très efficace !

Un jour j'arriverai à arrêter de fumer, un jour, mais m'arrêter de manger du chocolat ça, ça va être bien bien plus compliqué. Parce que, comme la clope d'ailleurs, quand j'ai le moral qui baisse un peu, un p'tit carré ou deux ou trois... bon du chocolat quoi ! Et puis d'abord quand la tablette est finie, elle est finie, enfin à moins qu'il y en ait d'autres...
Et une fois donc le p'tit carré avalé j'ai comme une sorte de zénitude qui m'emplit le palais et éventuellement tout le reste. Éventuellement ça ne veut pas dire que ça ne marche pas à chaque fois, juste que ça explique qu'en cas où ça n'emplisse pas tout le reste de zénitude, eh bien je reprends une p'tite dose de chocolat... la dose dépendant du vide à remplir de zénitude, ceci expliquant donc cela...
Et aujourd'hui où le fond de l'air est frais et le plafond nuageux bas du front, j'ai senti la neurasthénie à deux pas de chez moi. Sauf que malin que je suis, je n'ai pas attendu qu'elle frappe vraiment à ma porte j'ai utilisé le chocolat préventivement ! Parce que ça marche aussi avant le chocolat, c'est pas merveilleux non ? sauvé de la neurasthénie grâce à un carré de chocolat, un ou deux ou...
Tablette de chocolat maison et tutti quanti !

Ingrédients: 200g de chocolat noir – 30g de chocolat blanc – 6 cerises confites coupées en deux – 6 tranches de citron confit – 1 clémentine confite coupée en fines tranches - 2 càs de pistaches grossièrement hachées – 2 càs de noisettes grossièrement hachées – 1pincée de cannelle en poudre – 2 boutons de roses séchées - 1 moule (David Lebovitz à qui je dois cette idée a utilisé des boîtes de Phiadephia, personnellement j'ai utilisé un boîte de surimi)

Faites fondre le chocolat au bain marie ou au micro-ondes. Si vous utilisez du chocolat de couverture vous pouvez tempérer le chocolat pour obtenir un meilleur résultat et surtout un joli chocolat bien brillant (pour tout savoir sur le tempérage du chocolat c'est par là : Tempérez le chocolat).

Versez le chocolat blanc dans une petite poche à douille, dans un cône de papier ou simplement utilisez une petite cuillère et tracez des cœurs (ne vous inquiétez pas si ce n'est pas du grand art !) au fond du moule.

Répartissez la moitié des autres ingrédients, les cerises, le citron, la clémentine, les pistaches, les noisettes, la cannelle et les roses effeuillés au fond du moule.

Couvrez avec le chocolat noir puis parsemez la deuxième moitié des ingrédients restants sur le chocolat.

Laissez refroidir au frais. Démoulez et servez.

Chocolate bar

Ingredients: 200g dark chocolate - 30g of white chocolate - 6 glacé cherries, halved - 6 slices of candied lemon - 1 candied clementine thinly sliced ​​- 2 tbsp pistachios, coarsely chopped - 2 tbsp coarsely chopped hazelnuts - 1 pinch cinnamon - 2 dried rose buds -  1 mold (David Lebovitz used cream cheese containers, I used surimi container)

Melt the white chocolate and the dark chocolate in a heatproof bowl set over a pan of simmering water or in the microwave.

Fill a piping bag with the melted chocolate. You can also use a spoon. Draw hearts on bottom of mould.

Put half of the other ingredients on the bottom of the mold.

Cover with melted dark chocolate.

Put the other half of the ingredients on the chocolate.

Cool in the fridge. Remove and serve.

Mais pourquoi, je me demande si je ne devrais pas en reprendre un p'tit carré au cas ou... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 13 janvier 2017

Et si on se parfumait sauvagement le flan... Flan très agrumes citron confit et eau de fleur d'oranger...

Y'a des jours, quand je regarde en arrière la suite de mes recettes au fil des pages, je me dis qu'il y a quand même bien peu d'logique dans tout ça. Et des fois je me dis aussi que le lecteur de passage doit se dire que ma cuisine au niveau des choix c'est quand même un p'tit peu bordélique ! Quand même un p'tit peu !
Je m'en suis particulièrement rendu compte quand j'ai commencé à chercher quelles recettes j'allais bien pouvoir mettre dans mon dernier livre Dorian, Père au foyer... vous connaissez la suite sorti chez Larousse. Je m'en suis rendu compte parce que j'ai commencé en me disant j'vais prendre mon blog, une date au hasard et je vais remonter le temps en retenant les recettes qui me plaisent le plus. Et donc j'ai fait ça...
Sauf qu'au bout de quelques pages et quelques recettes retenues je me suis rendu compte que d'abord j'avais deux poignées de recettes à base de chocolat et juste après presque autant de soupe... Et rien d'autre ! Et la cruelle vérité m'a alors éclaté aux yeux je suis un mono-maniaque contrarié ! En d'autres termes je suis un mono-maniaque jusqu'à ce que je chance d'avis... Et en continuant à trier mes recettes je me suis rendu compte que je pouvais aligner les desserts, puis avoir une période boulettes et puis une autres avec juste du vert qui pousse dans la terre et puis... Et puis que tout ça n'avait ni d'ordre ni de logique.
Je me suis donc sauvagement gratté la barbe, pour ceux qui n'aurait pas suivi, comme le poil se fait rare dessus, j'ai décidé de réfléchir de la barbe plutôt que du sommet du crâne... et donc j'espérais trouver le Graal, l'idée qui donnerait un peu d'ordre, pas beaucoup mais juste un peu et... et je n'ai pas trouvé !
Alors j'ai arrêté le grattage et la réflexion et je me suis dit que ça me ressemblait et que se perdre dans ma cuisine c'était peut-être loin d'être logique mais bien ce que j'espérais que feraient mes lecteurs.
Et pour me remettre de toutes ces réflexions je me suis dit que je n'avais jamais essayé de me parfumé le flan avec autre chose que des cerises et comme j'ai quelques addicts de la fleur d'oranger et que moi le citron... C'était parti pour un flan très agrumes !
Flan très agrumes citron confit et eau de fleur d'oranger...
Ingrédients : 1 rouleau de pâte sablée - 50cl de lait - 25cl de crème liquide – 1 gousse de vanille - 90g de sucre en poudre - 5 jaunes d’œufs - 50g de maïzena – 2càs de zeste de citron confit coupé en petits cubes – 1càs d'eau de fleur d'oranger
Portez à ébullition le lait et la crème avec la gousse de vanille coupée dans la longueur et grattée au dessus de la casserole.
Fouettez dans un saladier les jaunes d'œufs, le sucre, la maïzena et l'eau de fleur d'oranger, jusqu'à ce que le tout blanchisse et devienne mousseux.
Enlevez la gousse de vanille, versez dessus le lait bouillant, puis remettez le tout dans une casserole et portez à ébullition à petit feu en remuant constamment. Prolongez alors la cuisson 2 ou 3 minutes jusqu'à ce que la crème épaississe. Attention, pendant la cuisson, gardez près de vous fouet et maryse et selon que ça commence à attacher au fond ou pas utilisez l'un ou l'autre. En tout cas quand la crème est prête ajoutez le citron confit et mélangez.
Beurrez et farinez votre moule (22cm). Couvrez-le avec la pâte sablée.
Piquez le fond puis versez le contenu de la casserole sur la pâte. Personnellement j'ai découpé la pâte qui débordait, à environ 1cm de la crème mais vous pouvez aussi choisir de la laisser.
Enfournez 35 à 40 minutes dans un four préchauffé à 180°. Attention surveillez bien la cuisson le flan passe assez facilement du joliment doré à bien brûlé !
Laissez refroidir au frais puis démoulez délicatement en faisant glisser le flan dans une assiette et là vous pouvez déguster !
Et si jamais vous avez envie de vérifier que je ne suis pas un organisateur né, la preuve est dans le sommaire du livre...
https://www.amazon.fr/Dorian-P%C3%A8re-au-foyer-Nieto/dp/2035930049/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=doriancuisine-21&linkCode=w00&linkId=&creativeASIN=2035930049
Mais pourquoi, bon et si je faisais un flan après avoir fait un... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 11 janvier 2017

Les jours s’allongent mais le temps des soupes n'est pas terminé ! Soupette au potiron aux pois chiches et d'autres petites choses...

Le 21 décembre est un jour de grand bonheur pour moi... enfin ce n'est pas toujours exactement le 21 mais c'est vers ces jours-là, ce moment tant attendu où les jours commencent enfin à s'allonger et que je respire de nouveau ! Parce qu’il faut dire que je retiens mon souffle depuis que les jours raccourcissent et que même si j'ai du souffle eh ben c'est quand même un peu long !
C'est paradoxal dans mon cas, je ne suis pas à un de plus d'ailleurs, de paradoxe... j'aime le froid et les longues journées ! Les choses seraient plus simples si j'aimais la chaleur ou les soirs tombant au plus tôt, mais non j'aime des impossibles journées... Du coup forcément tant que ça grelotte encore mais que les journées s’allongent seconde par seconde je ronronne de plaisir et je n'arrête pas de dire à qui veut encore l'entendre, ils sont de moins en moins nombreux chez moi, regarde regarde je t'assure qu'il s'est couché plus tard le soleil ce soir ! Au moins de... Là, je ne préfère pas préciser le très très grand nombre de secondes en question... je ne préfère pas.
L'avantage quand il fait bien bien frais et quand tu commences à sacrément frétiller pour les légumes, c'est que tu as le plat rêvé, un des plats que l'on réalise plus souvent sans plumes ni poils, la soupe !
Et donc aujourd'hui où ça piquait encore bien dehors et que j'avais encore un morceau du potiron qui m'a fait de l’œil chez Arnaud samedi dernier, je suis dis qu'une soupette...
Soupette au potiron aux pois chiches et d'autres petites choses...
Pour la soupette : 900g de potiron (1kg c'est bien aussi ! J'avais que 900...) coupé en cubes - 1 petite carotte coupée en petits cubes – 1 oignon haché finement –  - 1 bouquet garni – 20g de beurre – 90cl de bouillon de légumes - sel et poivre
Pour les pois chiches : 200g de pois chiches au naturel – ½ oignon rouge haché assez finement – 1 petite gousse d'ail hachée - 4 tiges de coriandre hachées – 4 càs de yaourt à la grecque – 1càc de tahini – 10g de beurre - quelques pincées de curcuma - sel et poivre
Commencez en lançant la soupette, faites chauffer le beurre dans une casserole à feu moyen, ajoutez-y l'oignon et faites revenir en remuant régulièrement pendant 3 ou 4 minutes.
Ajoutez la carotte et le potiron et continuez à faire revenir toujours en remuant régulièrement 1 ou 2 minutes de plus. Ajoutez le bouquet garni et le bouillon de légumes et portez le tout à ébullition. Rectifiez alors en sel et poivrez puis laissez blobloter jusqu'à ce que les cubes de potiron soient bien tendres, une dizaine de minutes, enfin comme ça va dépendre de la taille de vos cubes vérifiez la cuisson avec la pointe d'un couteau.
Pendant ce temps faites chauffer le beurre pour les pois chiches dans une autre casserole, ajoutez-y l'oignon et l'ail faites-les rapidement revenir 2 ou 3 minutes en remuant souvent, il faut que l'oignon soit à peine translucide et encore croquant. Ajoutez les pois chiches, mélangez et laissez chauffer 1 minute ou deux.
Quand le potiron est cuit, retirez le bouquet garni, enlevez un peu de bouillon, attention gardez-le !
Et mixez finement tout le reste, le bouillon réservé va vous servir à mettre la consistance de votre soupe à votre goût, chez moi c'est simple moi j'aime les soupes très très épaisses et les autres très très... liquide... simple !
En tout cas quand elle sera à votre goût, servez-la dans les assiettes.
Ajoutez aux pois chiches le yaourt, le tahini et la coriandre, un peu de sel et de poivre, mélangez et ajoutez sur la soupe.
Si vous aimez autant que moi la coriandre vous pouvez en rajoutez, en tout cas terminez en saupoudrant sur tout ça les quelques pincées de curcuma.

Mais pourquoi, je sens que la journée de demain va être longue longue longue... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 10 janvier 2017

Ma voisine est une blogueuse... Son Mon gâteau tatin aux poires et aux pralines...

Vous êtes Dorian ? Comme j'ai sans doute été un trafiquant de saucisses ou de harengs saurs dans une autre vie, quand j'ai entendu cette phrase lancée par la passante que je venais de croiser, j'ai hésité entre courir me terrer dans une planque douteuse et me retourner en souriant pour répondre un oui  mal assuré. Par chance j'ai choisi la deuxième solution et je me suis retrouvé en face de Christiane qui m'a rendu mon sourire.
Et voilà comment après quelques phrases échangées j'apprenais que nous étions « voisins » puisque nous vivions dans le même village et avions eu la même curieuse idée, ouvrir un blog de ce qui se mange...
Je dis voisins parce que vu la taille de mon p'tit village tout le monde me semble voisin après avoir passé une partie de ma vie dans la capitale, bon il y a les voisins d'à côté et ceux du bout, mais tous sont donc voisins. Et voilà donc comment j'ai appris qu'il y avait finalement deux blogs de cuisine par ici puisque je n'avais pas encore croisé son Un jardin dans ma cuisine, lors de mes déambulations sur la toile. Sans doute parce que sur le net il n'y a pas de voisin, juste des cousins qui font la même chose, mais dont on ne sait pas toujours où ils ont posés leurs fesses...
On me demande souvent si je trouve qu'il y a trop de blogs, avec l'air de s'adresser au dinosaure du coin. Et je réponds toujours, trop ? Quelle drôle d'idée... Pourquoi y'a plus d'place sur la toile ? J'ai toujours trouvé réjouissant de découvrir de nouvelle cuisine virtuelle, même si bien sûr je me souviens du temps d'avant, avec presque une larme d'émotion, où je pouvais pratiquement citer tous les blogs de bouffe de France... En ce temps-là nous étions quelques rares dinosaures à gambader virtuellement alors qu'aujourd'hui... Mais la nostalgie s’efface vite quand je pense à toutes les jolies découvertes et rencontres que j'ai faites au fil des années. Et donc aujourd'hui, c'est la cuisine de ma voisine que je suis allé visiter.
Et je dois dire que j'y ai trouvé des choses bien tentantes préparées par une cuisinière responsable et concernée par son jardin et plus généralement par ce qui pousse dans la terre, une cuisinière qui ne manque ni d'imagination ni d'idées gourmandes !
Et après avoir longtemps longtemps hésité... Je ne vais pas vous raconter mes hésitations de nouveaux, j'ai choisi un joli gâteau tatin aux pommes chez elle pour le faire chez moi, avant de me rendre compte que je n'avais pas la queue d'une pomme mais par contre de très jolies poires...
SonMon gâteau tatin aux poires et aux pralines...
Ingrédients  pour un moule d'environ 20cm de diamètre:
Pour le gâteau : 60g de beurre bien bien mou – 90g de sucre roux – 2 œufs – 45g de lait d'amande – 180g de farine T65 - 1càc bien pleine de levure chimique – 1 gousse de vanille
Pour tatiner : 3 belles poires pas trop mûres - 50g de beurre bien bien mou - 80g de sucre en poudre – 5 ou 6 pralines roses écrasées au rouleau à pâtisserie
Mélangez dans un petit saladier les 50g de beurre et les 80g de sucre en poudre et mélangez bien le tout. Versez dans le moule et étalez un peu sans vous inquiéter ça va fondre au four. Donc direction le four pour 10mn à 180°.
Pendant ce temps pelez et coupez les poires en morceaux.
Fouettez le beurre et le sucre roux dans un saladier, ajoutez et fouettez les œufs un par un. Ajoutez la farine et la levure tamisées ensemble, le lait d'amande, coupez en deux la gousse de vanille et grattez-la au-dessus du saladier et mélangez tout ça.
Sortez le moule du four, mettez les morceaux de poire dans le moule puis la pâte à gâteau et enfournez pour 40 à 45 minutes. Attention ne faites pas comme moi ne déposez pas le gâteau directement sur la grille mais sur un plat ! Sinon comme il se peut que ça déborde un poil vous êtes bon pour le nettoyage du four !
Une fois cuit laissez refroidir avant de démouler. Personnellement comme je l'ai fini à pas d'heure je l'ai laissé dans le moule jusqu'au lendemain, j'ai juste donné un coup de couteau sur le tour pour qu'il se démoule bien et il s'est bien démoulé juste en le retournant et en attendant qu'il tombe comme un grand.
Juste avant de le servir parsemez par dessus les pralines !

Mais pourquoi, ses petites madeleines pralinées pourraient bien devenir les miennes aussi... est-ce que je vous raconte ça...